La Fondation suisse pour la formation par l’audiovisuel (FSFA) aura 25 ans en janvier 2018

Depuis 25 ans la Fondation suisse pour la formation par l’audiovisuel (FSFA) contribue de manière décisive à la réflexion sur les usages des médias dans l’éducation. Ses activités sont cependant peu connues du public. La fondation pourrait jouer un rôle clé dans la mise en oeuvre de la stratégie «Suisse numérique» du Conseil fédéral.

Le 27 janvier 2018, la Fondation suisse pour la formation par l’audiovisuel (FSFA) aura 25 ans. C’est en effet le 27 janvier 1993 que l’assemblée constitutive de la fondation réunissant les 27 premiers membres a eu lieu à l’hôtel Bellevue à Berne.

La FSFA a pour objectif de promouvoir une offre de formation par les médias numériques et audiovisuels de qualité en Suisse. Pour ce faire, elle favorise les échanges ainsi que la coopération de professionnel-le-s et d’organismes qui œuvrent dans les domaines des médias, de l’éducation, de la science, de l’économie et de l’administration. L’action de la FSFA vise à contribuer à la réalisation de politiques nationales, notamment la stratégie «Suisse numérique» du Conseil fédéral (2016), qui fait suite à sa stratégie pour une société de l’information (2006), ainsi que la stratégie en matière de technologies de l’information et de la communication (TIC) et de médias (2007) de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP).

Au cours de ces 25 années d’existence, la fondation a beaucoup évolué. Un peu d’histoire. Dans les années 80, alors que la télévision domine le champ médiatique, les milieux de l’éducation prennent conscience de la nécessité de développer les potentialités de la communication audiovisuelle pour diffuser des savoirs. C’est dans ce contexte que la création de la fondation a été précédée, dès 1985, par la coopération entre des institutions de formation et les responsables de programmes de la télévision suisse alémanique DRS. En 1987, une charte est signée entre des institutions et organisations de formation des adultes (Institutionen und Organisationen der Erwachsenenbildung, IOEB) et la chaîne de télévision DRS (département Famille et formation) dans le but de promouvoir la production et la diffusion de contenus éducatifs. En 1992, les représentants-e-s des institutions de formation des adultes IOEB et de la DRS décident de créer une fondation pour consolider leur coopération.

Les initiatives de la fondation ont évolué avec le développement des technologies (numérisation, internet, miniaturisation des appareils) et les possibilités nouvelles d’enseignement et d’apprentissage qu’elles rendaient possibles (e-formation, Web 2.0, réalité virtuelle). Aujourd’hui, les activités de la FSFA se focalisent sur le potentiel et l’impact de la numérisation dans le domaine de l’éducation et de la formation continue dans le contexte de la société suisse.

C’est ainsi que lors des congrès organisés récemment à l’intention de ses membres, la Fondation suisse pour la formation par l’audiovisuel a exploré les effets de la numérisation sur l’éducation et ses opportunités. Les sujets traités ont concerné: le rôle des médias numériques dans la formation professionnelle en 2015 (lire mon article), la place de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée dans l’enseignement et l’apprentissage en 2016 (lire mon article), l’apport des Big Data et des Learning Analytics à la personnalisation de l’apprentissage en 2017 (lire mon article). Le congrès de mars 2018 portera sur l’intelligence artificielle et la robotique dans le système éducatif (programme).

Depuis 2006 la FSFA se penche sur les tendances émergentes susceptibles d’avoir un impact sur la formation en lien avec l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC). De 2007 à 2010, la fondation a organisé quatre congrès sous le titre de Swiss Forum for Educational Media (SFEM) sur les thèmes suivants: les régimes de propriété intellectuelle permettant le libre accès à des contenus numériques en ligne (Open Access) et le développement de ressources éducatives libres (Open Educational Resources), les nouvelles tendances d’enseignement et d’apprentissage, en particulier les possibilités de communiquer et de coopérer avec les services et médias de l’Internet (Web 2.0).

Poursuivant l’exploration engagée dans le cadre du Swiss Forum for Educational Media (SFEM), la fondation a organisé, de 2010 à 2012, des forums de discussion en ligne sur les tendances de la formation faisant usage des TIC qui ont donné lieu à une synthèse et des recommandations de mesures concrètes. Ces réflexions et conseils constituent un instrument de référence pour la conception de dispositifs de formation et de contenus éducatifs.

On le voit, les thèmes discutés dans les congrès et forums organisés par la FSFA sont essentiels à la réflexion sur le développement des usages des technologies numériques dans la formation. Une riche documentation est mise à disposition sur le site de la fondation.

La Fondation suisse pour la formation par l’audiovisuel (FSFA) réunit 80 organisations et sociétés suisses. Il vaut la peine d’en citer quelques-unes pour bien mesurer son importance stratégique pour l’éducation en Suisse:

Apple, Association des universités populaires suisses, CFF, Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP), Crédit Suisse, educa.ch, Fédération suisse pour la formation continue (FSEA), 12 Hautes écoles pédagogiques (HEP), Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (IFFP), La Poste, Médias suisses, Microsoft, Migros école-club, Pro Juventute, Pro Senectute, RTS, RSI, SRF, Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI), Service écoles-médias de l’Etat de Genève, Swisscom…

Face aux enjeux et aux défis pour l’éducation et la formation professionnelle de la transition numérique en cours, la Fondation suisse pour la formation par l’audiovisuel pourrait jouer un rôle clé. Car, outre de promouvoir la formation par l’audiovisuel en Suisse, la fondation a pour objectifs (art. 2 de son acte de fondation) de collaborer à «la planification, la préparation, la réalisation, l’observation, l’accompagnement et l’évaluation des projets de programmes et des offres de formation», ainsi que de «cofinancer les projets, également à l’aide de sources de financement provenant de tiers».

Les particularité de la FSFA sont remarquables. Il n’y a pas d’autre organisme équivalent en Suisse agissant en ce sens et à ce niveau. En effet, la fondation rassemble d’importants organismes publics, privés, et de la société civile qui sont représentatifs de la communauté nationale. Une partie importante de ses membres sont des sociétés et institutions de formation qui disposent d’importantes ressources humaines et financières. La fondation, qui ne poursuit aucun but commercial et lucratif, pourrait être, me semble-t-il, un des acteurs essentiels à la mise en oeuvre de la stratégie «Suisse numérique» du Conseil fédéral. Ses réalisations, qui ont été brièvement résumées, sont exemplaires. Depuis une dizaine d’années, j’ai eu l’occasion de m’en rendre compte en participant à nombre de ses manifestations.

Cependant, les riches activités de la fondation réalisées ces dernières années ont très largement reposé sur l’engagement bénévole de quelques personnes. Pour démultiplier la «force de frappe» de la fondation, ne faudrait-il pas envisager de faire appel à des professionnel-le-s rémunéré-e-s? La FSFA comprend de très grandes entreprises et organisations, les ressources financières sont donc là.

La numérisation modifie les conditions de vie de toute la population. Savoir utiliser les technologies de l’information et de la communication est un des quatre objectifs principaux de la stratégie «Suisse numérique» du Conseil fédéral. Des millions de personnes sont concernées par le développement de leurs compétences numériques et médiatiques. Dans le but de répondre aux besoins de toute la population, outre l’adaptation et le renforcement des programmes de formation scolaire et professionnelle (initiale et continue), ce qui va de soi, il faut envisager de développer des dispositifs spécifiques de formation et d’accompagnement adaptés à de multiples situations d’apprentissage. Le défi est immense.

L’année du 25e anniversaire de la Fondation suisse pour la formation par l’audiovisuel pourrait être l’occasion pour cette institution remarquable de concevoir des projets ambitieux et innovants permettant de favoriser de manière décisive la transition numérique de la Suisse.


Références
> Site de la Fondation Suisse pour la Formation par l’Audiovisuel (FSFA) – Schweizerische Stiftung für audiovisuelle Bildungsangebote (SSAB) – Fondazione Svizzera per la Formazione con Audiovisivi (FSFA).
> Congrès de mars 2018, L’Intelligence artificielle et la robotique dans le système éducatif, FSFA / SSAB.
> Swiss Forum for Educational Media (SFEM), FSFA / SSAB.
> Tendances de la formation issues des nouvelles technologies de l’information et de la communication, document de synthèse pour la réunion du Conseil de fondation de la FSFA, avril 2011.
> Stratégie de la CDIP en matière de technologies de l’information et de la communication (TIC) et de médias du 1er mars 2007, Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP).
> Stratégie «Suisse numérique», Confédération suisse, Office fédéral de la communication (OFCOM).


Cet article concerne le domaine Médias, images et technologies de l’information et de la communication (MITIC) – Education aux médias et à l’information (EMI) – Media and Information Literacy (MIL)

 

Auteur : Jean-Claude Domenjoz

Expert de communication visuelle et d’éducation aux médias (Médias, images et technologies de l’information et de la communication – MITIC)