La presse à l’école: une semaine pour l’éducation aux médias

L’étude JAMES 2014 vient de paraître: elle renseigne sur les pratiques médiatiques des jeunes. Youtube, Google et les médias sociaux sont leurs premiers canaux d’information. Le support papier est en baisse tandis que les supports numériques sont en hausse. La 12e semaine des médias à l’école permettra aux classes qui y participent de mieux connaître la presse et de s’initier au décodage des médias.

Article publié initialement dans mon blog «Education et médias» (portail de L’Hebdo) le 26 février 2015

Les jeunes s’intéressent-elles/ils à l’actualité? Comment les adolescentes et les adolescents se tiennent informés? Lisent-elles/ils la presse? L’étude JAMES 2014 (Jeunes activités médias – enquête Suisse) réalisée par la Haute école zurichoise en sciences appliquées (ZHAW) auprès de jeunes de 12 à 19 ans des trois régions linguistiques apporte de précieuses informations sur leurs activités de loisirs avec ou sans médias.

Les jeunes se procurent de l’information principalement par l’Internet selon cette étude. Les canaux d’information les plus fréquemment consultés (tous les jours ou plusieurs fois par semaine) sont les portails de vidéo en ligne (79%), tel que Youtube, les moteurs de recherche (78%) et les médias sociaux (78%). Viennent ensuite les portails d’information des journaux (41%) et Wikipedia (35%) – une encyclopédie qui ne permet pas d’accès à l’actualité, notons-le. Les portails d’info des chaînes de télévision sont consultés pas 22% des jeunes. Les blogs (12%) et le podcasting (3%) sont peu utilisés. Peu de chance donc que des jeunes gens ou des jeunes filles lisent ce billet…

Les médias sur support papier sont beaucoup moins utilisés par les jeunes pour s’informer que les supports numériques: journaux gratuits (35%), journaux payants (23%) et revues (15%). A noter qu’une très forte proportion des jeunes lit rarement ou jamais la presse papier: les journaux payants (50%), les revues (47%) ou les gratuits (32%). Les pratiques de consultation de la presse sont fortement corrélées à l’âge. Plus les adolescentes et adolescents sont âgés plus elles/ils lisent la presse en ligne ou sur papier. De l’ordre de un à trois. Par exemple, si seulement 10% des jeunes de 12-13 ans lisent régulièrement des quotidiens papiers payants, elles/ils sont près de 33% dans la tranche des 18-19 ans. Les tendances sur quatre ans (2010-2014) montrent que la lecture des journaux et revues sur papier a fortement baissé, tandis que la lecture en ligne des journaux a augmenté. L’étude James n’apporte aucune information sur l’usage de la radio par les ados pour se procurer des informations sur l’actualité.

Youtube, Google et les médias sociaux sont donc les canaux d’information les plus consultés par les jeunes. C’est inquiétant, car ces canaux agrègent des fragments d’informations de provenances multiples qui n’ont pas été vérifiées, recoupées, mises en perspectives par les professionnels que sont les journalistes. Par ailleurs, les habitudes de consommation des médias acquises et incorporées par les jeunes, aussi bien que leurs goûts, vont perdurer et ne se modifieront que lentement par l’expérience. Les filles et les garçons sont façonnés, comme l’ont été leurs aîné-e-s, par la nature (la forme plus que le contenu) et les usages des produits de consommation culturelle. Quelles conséquences ces nouvelles habitudes auront-elles pour le monde du travail, leurs activités sociales et l’exercice de la citoyenneté? Jongler avec les médias nécessite aujourd’hui de disposer d’un bon bagage de compétences médiatiques pour s’informer et communiquer au quotidien.

Et l’école dans tout ça? L’une des importantes finalités éducatives de l’école publique en Suisse romande énoncée dans son Plan d’étude romand (PER) vise à développer «un usage pratique et critique des supports, instruments et technologies de l’information et de la communication.» La mise en application du PER a débuté à la rentrée 2011 et s’est achevé l’année scolaire passée. Toutes les classes sont maintenant concernées. Le plan d’étude comporte un volet de formation générale consacré à l’éducation aux médias: le domaine des MITIC (Médias, images, technologies de l’information et de la communication). Cet enseignement, qui vise à développer la capacité des élèves à exercer un regard critique, à décoder divers types de messages ainsi qu’à la production réfléchie de messages et d’information, est mis en oeuvre dans les disciplines des trois cycles d’enseignement de l’école obligatoire. C’est une formation transversale. Cela veut dire que toutes les enseignantes et tous les enseignants sont appelés à développer en situation dans leurs cours les compétences MITIC des élèves.

La 12e semaine des médias à l’école est un moment fort de l’année scolaire pour le développement des connaissances et compétences MITIC consacré principalement à la presse. Cette semaine, qui aura lieu cette année du 9 au 13 mars, est organisée par l’unité Médias du secrétariat général de la Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP) pour les classes de l’école obligatoire et du secondaire II. Le thème principal de cette année «Info? Intox?» vise à porter l’attention sur la question fondamentale de la véracité des informations (contenu, sources) et son corollaire les pratiques de désinformation et de propagande qui lui sont liées. L’étude JAMES a mis en évidence que les jeunes cherchent toujours plus à s’informer en visionnant des vidéos, c’est pourquoi le développement de la critique des documents audiovisuels et des images est si important. Le Plan d’étude romand y fait une place importante dans son domaine MITIC.

Les enseignantes et enseignants trouveront sur le portail romand de l’éducation aux médias (e-media.ch) une riche offre d’activités permettant de mettre en oeuvre les objectifs MITIC du Plan d’étude romand. Des exercices d’analyse de productions médiatiques, des visites et des rencontres, ainsi que la réalisation de contenus médiatiques (par exemple la une d’un quotidien) sont proposés. Les enseignantes et enseignants pourront s’appuyer sur des fiches pédagogiques fort bien faites et des ressources de qualité.

Chaque année, plus de 500 classes sont inscrites (10 à 12000 élèves) à cet évènement, temps fort de l’éducation aux médias. Cela peut sembler beaucoup, mais cela représente moins de 5% du public visé.

«Jongler avec les médias», comme l’évoque l’illustration de l’affiche de la 12e semaine des médias à l’école (Mix & Remix) sera un rêve pour la plupart des écoles de Romandie tant que l’usage des équipements numériques en classe restera faible et que les smartphones seront interdits!


Références
> Isabel Willemse et al. (2014). JAMES – Jeunes, activités, médias – enquête Suisse, Zurich: Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW).
> Plan d’étude romand (PER), Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP).
> La Semaine des médias à l’école, Unité Médias du secrétariat général de la Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP).


Cet article concerne le domaine Médias, images et technologies de l’information et de la communication (MITIC) – Education aux médias et à l’information (EMI) – Media and Information Literacy (MIL)

Auteur : Jean-Claude Domenjoz

Expert de communication visuelle et d’éducation aux médias (Médias, images et technologies de l’information et de la communication – MITIC)