Journal de classe: Ah! M. Freinet si vous saviez!

Histoire de l’éducation • Célestin Freinet a introduit l’imprimerie dans sa classe voici près d’un siècle. Aujourd’hui les blogues permettent de créer des journaux scolaires aisément. Pourtant, rares sont les enseignant-e-s qui en ont créé un en Suisse romande. Comment favoriser le développement de ce formidable moyen éducatif? Proposition.

Article publié initialement dans mon blog «Education et médias» (portail de L’Hebdo) le 24octobre 2016

Il y a 50 ans disparaissait Célestin Freinet, qui appartient à la longue lignée des pédagogues qui ont prôné les méthodes de participation active à l’école. En 1924, alors jeune instituteur, il équipe sa classe rurale du matériel nécessaire à la production d’imprimés. Il développe avec un réseau d’instituteurs et d’institutrices des techniques pédagogiques basée sur l’expression libre des enfants et la communication dans et hors de la classe (journal scolaire, correspondance entre classes, exposés, conseil de classe, etc.). La réalisation d’un journal de classe bi-mensuel est au coeur du travail scolaire. Les élèves font tout. Ils écrivent les textes sur des sujets librement choisis, les composent en assemblant des caractères de plomb, mettent en page les lignes de texte, puis réalisent le tirage de leur journal au moyen d’une presse à volet spécialement fabriquée pour Freinet (brochure Technique de l’imprimerie à l’école, 1949).

Aujourd’hui, 90 ans plus tard, la presse est sortie de l’âge du plomb et les pédagogues ont à leur disposition une riche palette d’outils numériques pour collecter, produire, mettre en forme et diffuser des contenus de toute nature (texte, image, vidéo) avec leurs élèves. Les enseignant-e-s peuvent utiliser des blogues, microblogues (Twitter) et médias sociaux (Facebook) pour transmettre des nouvelles, des observations, des réflexions, des critiques d’événements culturels, des récits et poèmes rédigés par leurs élèves. Rares cependant sont celles et ceux qui le font. Pourtant, journaux de classe et chroniques peuvent être aisément réalisés et diffusés, tout en assurant à l’enseignant-e un contrôle aisé de l’usage du média de sa classe. L’intérêt pédagogique des blogues est évident et a été démontré (étude Blogs à l’école). Par le truchement de l’animation d’un blogue, d’un fil de nouvelles Twitter ou d’une page Facebook, les élèves développent leur capacité à lire et à rédiger, ainsi que les compétences médiatiques (MITIC) et disciplinaires définies dans le Plan d’étude romand (PER). De surcroît, en effectuant des tâches authentiques et motivantes, les enfants et les adolescent-e-s sont incité-e-s à adopter une attitude responsable et des comportements appropriés vis-à-vis des médias et de l’internet. Par ailleurs, cette expérience les sensibilise au rôle de la presse qui est mise en danger par les mutations techniques et les nouveaux usages.

Pourtant, aujourd’hui, quinze ans après l’immense engouement qu’a connu ce type de site internet, les blogues (et microblogues) de classe alimentés régulièrement sont extrêmement rares en Suisse romande. Une pratique personnelle préalable des médias sociaux par le corps enseignant semble un préalable à un usage en classe. Twitter, un excellent moyen de publication de courts textes, images et liens internet, est très peu utilisé par le corps enseignant, or cette plateforme peut être mise à profit en classe de multiples manières. Les données statistiques sur les usages des médias sociaux dans le monde scolaire romand sont difficiles à trouver. Cependant, quelques indices révèlent le sous-développement de l’école romande en la matière. Le fil Twitter de la Semaine des médias à l’école (@SemainemediasCH), l’événement de loin le plus important en matière d’éducation aux médias de Suisse romande, signalait l’année dernière que moins de 5% d’abonné-e-s à son compte appartenaient au corps enseignant, soit une cinquantaine, alors que les effectifs des enseignant-e-s de la scolarité obligatoire est d’environ 20’000! Le site Twittclasses, qui recense les usages pédagogiques de Twitter dans le monde francophone mentionne seulement 4 classes en Suisse romande.

Que faire? Si l’école romande veut sortir de ce que je considère comme un grave sous-développement en matière d’usages pédagogiques du numérique et atteindre les objectifs MITIC du PER en réduisant la fracture numérique dans les usages (lire mon article «e-inclusion: va-t-on y arriver?», paru dans L’Hebdo N° 38 du 22 septembre), il faut mettre sur pied des projets susceptibles de modifier radicalement l’état des choses et les doter de moyens appropriés (pilotage, obligation de résultats, formation, communication, etc.) ainsi que des ressources financières nécessaires.

Proposition. Inciter toutes les directions d’établissements scolaires de Suisse romande à ce que 10% de leurs classes créent un journal scolaire ou fil de nouvelles. Il s’agit de s’appuyer sur des enseignant-e-s particulièrement intéressé-e-s et motivé-e-s pour propager auprès de leurs pairs l’intérêt pour les médias numériques et les plus-values pédagogiques que l’on peut en attendre. La mise en réseau des participant-e-s permettrait de capitaliser et de diffuser idées, réflexions et savoirs d’expérience ainsi que de favoriser les échanges. La création d’un millier de journaux de classes ou fils de nouvelles dans les écoles romandes est un objectif aisément réalisable qui devrait dynamiser les usages éducatifs du numérique pour enseigner et apprendre.


Références
> C. Freinet et C. Drevet, Technique de l’imprimerie à l’école, Brochures d’Education Nouvelle Populaire, n° 46, Editions de l’École Moderne Française, Cannes, 1949.
> Jean-Claude Domenjoz et Charles Lachat , Blogs à l’école – Rapport d’activités 2005-2006, Service Ecoles-Médias, Genève.
> Plan d’étude romand (PER), Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP).
> Christian Georges, Mettre à profit Twitter dans sa pratique pédagogique, Enjeux pédagogiques, 26, p. 40-41, Haute école pédagogique HEP-BEJUNE, 2016.
www.hep-bejune.ch/boutique/enjeux-pedagogiques/pdf/enjeux-pedagogiques-26
> Semaine des médias à l’école, e-media.ch, Conférence intercantonale de l’instruction publique (CIIP).


Cet article concerne le domaine Médias, images et technologies de l’information et de la communication (MITIC) – Education aux médias et à l’information (EMI) – Media and Information Literacy (MIL)

Auteur : Jean-Claude Domenjoz

Expert de communication visuelle et d’éducation aux médias (Médias, images et technologies de l’information et de la communication – MITIC)