Ecrans: l’éducation aux médias en péril

L’éducation aux médias est un domaine de formation de l’école romande et depuis peu un enjeu de sécurité nationale du gouvernement suisse. Pourtant, pour les élèves, l’acquisition et l’approfondissement de compétences médiatiques relève toujours de la chance et du hasard. La mission de l’école publique de réduire les disparités entre les jeunes provenant de milieux sociaux différents est compromise. Le recours à des prestataires extérieurs intervenant directement dans les classes serait-il la solution?

Article publié initialement dans mon blog «Education et médias» (portail de L’Hebdo) le 5 août 2016

L’école publique romande reconnait l’importance de l’enseignement des médias, des images et des technologies de l’information et de la communication (MITIC) dans le cursus de formation des élèves tout au long de leur scolarité obligatoire. Depuis la rentrée 2013, le Plan d’étude romand (PER) s’applique à toutes les classes de tous les cantons. L’ensemble du corps enseignant est appelé à mettre en oeuvre, en situation, des aspects d’éducation aux médias ainsi qu’à encadrer l’utilisation des outils multimédias. Le développement de l’esprit critique des élèves et leur capacité à décoder la mise en scène des contenus médiatiques sont au coeur du programme. Des objectifs d’apprentissages précis accompagnés d’indications pédagogiques ont été définis pour les trois cycles de la scolarité obligatoire.

La capacité d’assurer cet enseignement par les enseignants et les enseignantes est un enjeu crucial. Des référentiels de compétences ont été élaborés tant au niveau fédéral (recommandations de la CDIP) que dans les cantons. Signalons parmi les nombreux documents disponibles le référentiel de compétences MITIC à l’usage des enseignant-e-s du canton de Genève qui incorpore dans ses cinq domaines de compétences la culture des médias, de l’image et des TIC. Une offre de cours de formation continue, souvent foisonnante, est proposée par les institutions cantonales en charge de la formation du corps enseignant. Cependant, un cours «ouvert» (tous les cours proposés ne le sont pas) ne concerne qu’une partie infime du corps enseignant. La Semaine des médias, l’événement pédagogique de loin le plus important concernant l’éducation aux médias de Suisse romande, ne touche chaque année que 5% des classes.

Problème, la formation continue est envisagée sur le modèle d’un marché soumis à l’offre et à la demande. C’est ainsi qu’un cours essentiel qui n’a pas eu de «succès» sera supprimé du catalogue l’année suivante! L’offre de cours est élaborée en fonction des besoins supposés du corps enseignant, de la disponibilité de personnes susceptibles de dispenser ces cours, ainsi que de contraintes administratives. Les enseignant-e-s s’inscrivent en fonction de leurs besoins et de leurs envies. Cependant, reconnaître ses besoins de formation ne va pas de soi. Un récent sondage a montré que la moitié des étudiant-e-s d’une Haute école pédagogique n’avait pas encore pris conscience du caractère construit et fabriqué des images en première année (lire mon article «Faut-il apprendre à lire les images? Sondage révélateur»). Si un cours à option leur était offert, ils/elles ne s’y inscriraient probablement pas!

La mise en oeuvre du volet MITIC du PER nécessiterait un recyclage de l’ensemble du corps enseignant requérant un personnel nombreux et bien formé pour assurer cette formation. Rien n’a été prévu.

La situation doit préoccuper les autorités de l’école publique romande car la CIIP met depuis peu à disposition de prestataires extérieurs un formulaire leur permettant de présenter leur offre MITIC à destination des classes sous forme standardisée. Ce document, indique la CIIP, est destiné à faciliter l’évaluation par les autorités scolaires (chefs de services, directions, responsables d’établissement) des sollicitations qu’elles reçoivent d’organismes pas toujours bien identifiables.

Ainsi, l’organe faîtier de coordination des départements de l’instruction publique de Romandie souhaite développer et faciliter l’intervention de tiers extérieurs à l’école auprès des élèves pour assurer la formation aux MITIC que les titulaires peinent à leur donner. Cela peut être interprété comme un aveu d’échec du déploiement de cette réforme essentielle. De nombreuses questions se posent, notamment quant aux compétences pédagogiques et professionnelles de ces prestataires et à la qualité de leurs prestations. Des titres seront-ils exigés? Les personnes appelées à intervenir dans les classes disposeront-elles des compétences spécifiées dans les référentiels officiels de la CDIP et de ceux élaborés dans les cantons? Les documents fournis ne formulent pas d’exigence à cet égard. Par ailleurs, la multiplication des interventions disparates de tiers dans les classes ne permettra pas d’assurer à tous les élèves l’acquisition et l’approfondissement de compétences médiatiques égales puisque les autorités cantonales, les directions d’établissements et les enseignant-e-s pourront décider d’intégrer ou non des problématiques MITIC à leur enseignement.

Faut-il interpréter cette nouveauté comme une volonté politique de la CIIP d’ouvrir davantage les classes à des organismes offrant des prestations éducatives?


Références
> Plan d’étude romand (PER), Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP).
> Recommandations relatives à la formation initiale et continue des enseignantes et enseignants de la scolarité obligatoire et du degré secondaire II dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (ICT) du 25 mars 2004, Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP).
> Référentiel de compétences MITIC à l’usage des enseignant-e-s, Direction des systèmes d’information et service écoles-médias, Département de l’instruction publique, culture et sport, Etat de Genève, 2010.
> Offres MITIC de tiers à destination du monde scolaire, e-media.ch, Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP), juin 2016.
> Semaine des médias, e-media.ch


Cet article concerne le domaine Médias, images et technologies de l’information et de la communication (MITIC) – Education aux médias et à l’information (EMI) – Media and Information Literacy (MIL)

Auteur : Jean-Claude Domenjoz

Expert de communication visuelle et d’éducation aux médias (Médias, images et technologies de l’information et de la communication – MITIC)