CinéCivic, le concours de films boudé par les classes

Constatant la faible participation des jeunes aux votations et élections, un concours de films est organisé par le canton de Genève depuis quatre ans pour les inciter à voter. Cette année, cinq cantons y ont participé. La participation des classes de la scolarité obligatoire au concours qui leur est réservé a été particulièrement faible. Comment expliquer ce fiasco? Hypothèses.

Article publié initialement dans mon blog «Education et médias» (portail de L’Hebdo) le 7 novembre 2016

Pour la quatrième année consécutive le canton de Genève a organisé le concours de films courts et d’affiches réalisés par des jeunes CinéCivic. C’est une des multiples actions initiées par la chancellerie d’Etat pour inciter les jeunes à exercer leur citoyenneté en votant. Cette année, la participation a été ouverte, outre le canton organisateur, à tous les jeunes agé-e-s de 12 à 25 ans ainsi qu’aux classes du primaire et du secondaire I des cantons de Berne, Fribourg, Neuchâtel et Vaud.

L’organisation de ce concours repose sur le constat que la part des jeunes qui ne font pas usage de leur droit de vote est bien plus importante que la population des citoyens et citoyennes plus âgé-e-s. L’écart de participation aux scrutins des moins de 29 ans est de 30 points inférieur par rapport aux personnes de 65 ans et plus, constate la chancellerie du canton de Genève.

En invitant les jeunes à réaliser des films et des affiches pour inciter leurs pairs à voter, CinéCivic amène les participant-e-s à réfléchir aux enjeux de la citoyenneté tout en développant leurs compétences médiatiques. Les organisateurs postulent que des messages produits par les jeunes pour les jeunes sont susceptibles d’avoir plus d’effet que ceux des autorités. Une large diffusion des vidéos est réalisée: dans les écoles, dans les cinémas et par les médias sociaux.

45 films ont été soumis aux jurys des différentes catégories, mais seulement 8 ont été proposés dans la catégorie école, compétition ouverte à toutes les classes du primaire et du secondaire I qui doivent réaliser de manière collective un film sous la direction d’un-e enseignant-e. La participation des écoles est extrêmement faible, si l’on sait que de multiples moyens ont été mis en oeuvre pour faire connaître le concours dans les cantons participants. Environ 6000 classes francophones étaient concernées de la 3e à la 11e Harmos…

CinéCivic offrait au corps enseignant de l’école obligatoire d’une grande partie de la Suisse romande l’opportunité de lancer des projets créatifs avec leurs élèves. Du temps perdu soustrait aux apprentissages? Non, car le Plan d’étude romand (PER) inclut l’éducation à la citoyenneté et l’ouverture aux enjeux de société dans son projet éducatif. Le développement de compétences pratiques et critiques vis-à-vis des médias (domaine des Médias, images et technologies de l’information et de la communication – MITIC) faisant aussi partie du PER, les enseignant-e-s trouvaient dans ce concours un contexte très stimulant.

Comment expliquer alors ce fiasco? Avançons deux hypothèses. D’abord, la difficulté de réaliser un film original, même bref, avec une classe d’une vingtaine d’élèves, en faisant une place à chacune et à chacun. Trouver une idée originale, la scénariser, écrire des dialogues (si les élèves sont amenés à interpréter des rôles), répéter, filmer, monter, sonoriser, etc. consiste en un ensemble de tâches complexes, qui nécessite connaissances et expérience. 5 ans après le début de la mise en application du Plan d’étude romand, une très grande partie du corps enseignant manque toujours de compétences médiatiques. Ensuite, tout simplement, un thème qui semble inadapté pour des enfants et des adolescent-e-s de l’école primaire et du cycle d’orientation. Inciter à exercer des droits politiques en votant n’est pas une préoccupation quand on a moins de 15 ans.


Références
> CinéCivic – édition 2016 – Le futur entre tes mains, République et Canton de Genève.
> Plan d’étude romand (PER), Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP).


Cet article concerne le domaine Médias, images et technologies de l’information et de la communication (MITIC) – Education aux médias et à l’information (EMI) – Media and Information Literacy (MIL)

Auteur : Jean-Claude Domenjoz

Expert de communication visuelle et d’éducation aux médias (Médias, images et technologies de l’information et de la communication – MITIC)